brahmssaganJ’ai vu ce film deux fois la semaine dernière qui a été adapté du roman du même titre de Françoise Sagan. Comme j’aime beaucoup Brahms, j’ai voulu voir ce film depuis longtemps et j’ai voulu savoir quel est le rapport entre Brahms et ce film. Le scénario est simple. Paule, à la veille de la quarantaine, sans enfant, est avec Roger, un playboy. Car son métier l'amène à être souvent en déplacement, elle se sent seule parfois. Quand surgit Simon, un jeune homme beau et très vite amoureux d'elle, Paule ne sait pas si elle doit succomber, ou rester à jamais fidèle à un homme volage. Lorsque Roger est en déplacement, Paule vit avec Simon tous très heureux. Mais à la fin, Paule quitte Simon car elle se considère très vieille pour lui. J’ose dire que Simon ressemble dans certaine mesure à Brahms. Ils sont tous sensibles. Ils aiment deux femmes de 15 ans plus qu’eux-mêmes(Brahms aime Clara, la femme de Robert Schumann et Simon aime Paul). Ils prennent en compte en premier lieu celle qu’ils aiment en ignorant eux-mêmes. Ils se sacrifient pour leurs âmes sœurs. Ils les quittent à la fin pour les rendre heureuse. On entend souvent le troisième mouvement de la troisième symphonie de Brahms dans ce film. Ces notes plaquées sur le paysage urbain, expressément parisien, filmé dans un noir et blanc austère suffisent à donner au film une dimension profondément mélancolique et rythmeront de manière entêtante le récit des amours tourmentées de Paule. Après avoir vu ce film, j’ai été un peu triste, tant à cause de la musique de Brahms qu'à cause du destin de Simon et Paule. Simon est un homme qui mérite l’amour de Paule. Mais pourquoi choisit-elle Roger, un playboy qui ne l’aime pas fidèlement ? La raison est d'après moi donné à la fin du film. Paule crie « Je suis vieille » lorsqu’elle demande Simon de la quitter. Mais je me doute si c'est vraiment cela qui dirige Paule à prendre une décision qu'elle va regretter toute sa vie. Paule est un personnage comme ça, féminin réaliste, empreinte aux doutes mais peu à la jalousie. Une femme mature qui aimerait pouvoir saisir le bonheur comme il vient.

La vieillesse, l’ennemi de femme, a ruiné si beaucoup de couples. Si Paule ignorait la différence d'âge, elle aurait mené une vie heureuse avec Simon. Mais c'est l'amour, l'amour mélancolique. Si on voit un dénouement heureux, ce roman et ce film aurait perdu tout son charme. C'est Aimez-vous Brahms, une histoire d'amour et de solitude, d'amour de l'autre ou de l'amour de se sentir aimée...

 

L'amour est précieux d'autant plus qu'il inaccessible.

Quelques phrases qui viennent de ce film restent toujours dans mon esprit.

Et vous, je vous accuse de n'avoir pas fait votre devoir d'être humain. Au nom de ce mort, je vous accuse d'avoir laissé passer l'amour, d'avoir négligé le devoir d'être heureuse, d'avoir vécu de faux-fuyants, d'expédients et de résignation. Vous devriez être condamnée à mort, vous serez condamnée à la solitude.

Ces phrases m'ont impressionné lorsque je l'ai entendues la première fois. Simon les dit à Paule en espérant qu'elle ressentisse son amour. D'après moi, personne n'échappe à l'amour et si on néglige l'amour comme Paule, ce sera le plus gros regret de la vie. Saisissez l'occasion !

Simon et Paule dans cette photoaimez_vous_brahms__1961_goodbye_again_2