Ainsi parlait Guillaume

23 juin 2013

Coucou ça fait presque trois ans

Ça fait presque trois ans après le message précédent. J'ai vu le grand et bu le absinthe. Trois ans de rupture.Où viens-je?

Posté par gaoshen2005 à 14:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]


25 octobre 2010

La citation de la semaine

Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas.

                                                                     -Henri Chen

Posté par gaoshen2005 à 04:05 - Commentaires [28] - Permalien [#]

19 septembre 2010

Voici deux poèmes. J'ai publié un de ces deux il y a plusieurs mois et je l'ai traduit en chinois cette fois-ci. Un autre poème a été écrit tout récemment avec ma traduction.

Voyage

À l'aube, le soleil scintille d'espoir, de futur et de joie,
On part et s'engage dans le voyage, comblé de foi;

Tout est nouveau et attirant, des fleurs, des montagnes, des gens,

On se croit invincible et être surhomme est la devise.

Peu à peu, on s'oublie et s'égare dans ce labyrinthe,

On croit boire le calice jusqu'à la lie, sans savoir que c'est l'absinthe;

À midi, l'astre ténébreux dissipe la brume d'illusion, tout voit le jour,

Des fantômes indiquent le chemin, des anges noirs sourient alentour.

Le frisson des visages dans la pénombre, le poudroiement de la nostalgie amère,
Le fardeau du Temps, la blessure rouge de sang, un vacarme dans les oreilles;

Les belles images trop évanescentes finissent par la tête courbée,

Le mal d'un rêve renfermé à la vue d'un désert dépeuplé.

Des corridors retentissent de rumeurs, des secrets, des calomnies,

Des airs répandent de frénésie, d'hypocrisie, de jalousie;

Au crépuscule, le soleil décline avec notre aspiration et inspiration,

Des nuées grises anodines glissent en vain pour être prises comme rien.

Les mirages s'effondrent, on n'éprouve ni charme ni transport,

On ne peut plus fouler la terre, on n'a plus besoin d'épauler le fardeau,

On n'a plus rien à désirer, on a assez vu et trop éprouvé.

Un son léger se répand, on s'arrête, et la cloche rustique,

Aux derniers bruits du jour, mêle de saints concerts.

Amen !

旅程

清晨,太阳闪烁着希望,未来与快乐,

我出发远行,心中充满了信念;

一切都是新鲜充满诱惑的,那些鲜花,群山,人们,

自以为战无不胜,成为超人是我的座右铭。

慢慢的,我忘了自己,在迷宫中迷路,

我以为尝尽艰辛,却没发现这是苦艾酒;

中午,黑暗的星尘驱散了幻象的烟雾,一切都明了了,

幽灵指明了方向,黑天使在四周微笑。

黑暗中抽动的脸,痛苦的怀旧飞扬起浮尘,

时间的重负,红色流血的伤口,耳旁充满喧嚣;

美好的画面逐渐消逝,最后我低下了头,

看到了荒芜人烟的沙漠,隐藏的梦中充满了痛苦。

走廊里回荡着流言,秘密,诽谤,

空气中传播着疯狂,虚伪,嫉妒;

黄昏,太阳带着我们的追求和灵感落下,

轻轻的乌云无意义的飘过,没人理会。

幻影崩塌,我既不沉醉入迷,也不激情澎湃,

我再也不能行走在大地上,不需要担负重担,

我没有任何奢望,我看够了,承受的太多了。

一阵轻微的声音回荡,我停下来,农家的钟声

伴随着一天最后的嘈杂,共奏神圣的合唱。

阿门!

ode à l’amour


Parfois, des heures dévorent la tristesse,
Des instants se figent, où gîtent d'ineffables tendresses.
Des bouffées d’extase me bercent, loin des bruits de la ville,

Le rosée et le plaisir sucré avec le battement de cils.


Parfois, des yeux, des sourires ou des mains,
se tendent, et se penchent en mon sein.
Comme un ruisseau frais et limpide, source de toute ma sève,
Ma tête se tourne, et je vois la vie de mon rêve.

Des rayons de bonheur murmurent ma bien-aimée,

Tes yeux palpitent couronnés des roses embaumées.

Dans un coin où nous aurions des arbres, des pelouses,

Loin des rumeurs stupides et des frénésies jalouses.


Le souffle du zéphyr te caresse le soir,
Un ciel couvert de fleurs clame ton espoir.
Mon ange,
tu es ma moitié qui m'a tellement manquée.
Je t'aime et t'aimerai pour l'éternité.

爱的颂歌

有时,时间吞噬了忧伤,

瞬间冻结,留下无法形容的柔情;

远离尘嚣,一阵狂喜抚慰着我,

露水,甜蜜的快乐与你跳动的睫毛。

有时,你的眼睛,你的笑容,你的双手,

向我伸来,靠在我的胸口上;

你就像一条清澈的小溪,我活力的来源,

我转过头,看到了我梦想的生活。

幸福的阳光小声述说着我的心爱之人,

你那簇拥着芳香玫瑰的双眼闪烁着;

在一个角落,我们会拥有树和草地,

我们会远离愚蠢的流言和疯狂的嫉妒。

晚上,和风轻抚着你,

布满花朵的天空喊着你的希望;

我的天使,你是我缺少的另一半,

我会永远爱着你。

Posté par gaoshen2005 à 08:15 - Commentaires [7] - Permalien [#]

05 juillet 2010

La fin du semestre

J'ai passé le dernier examen de ce semestre cet après-midi. Enfin viennent les vacances d'été. Beaucoup de choses à faire, beaucoup de projets à réaliser. Demain c'est un nouveau début !

Posté par gaoshen2005 à 12:20 - Commentaires [9] - Permalien [#]

04 juin 2010

Citation de la semaine

«… mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière et on se dit : j'ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois, mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui.»
                                                                                                                              -Alfred de Musset

Posté par gaoshen2005 à 16:25 - Commentaires [7] - Permalien [#]

25 mai 2010

Citation de la semaine

Ah ! Frappes-toi le coeur ! C'est là qu'est le génie

                                                                   -Musset

Posté par gaoshen2005 à 06:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mai 2010

Michel Houellebecq à Wuda

Le 19 mai, Michel Houellebecq a donné une conférence à Wuda.

Posté par gaoshen2005 à 02:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]