27 février 2010

Jean-Jaques Rousseau : L’homme de la nature et de la vérité

« L’homme de la nature et de la vérité », c’est l’inscription gravée sur la tombe(la photo à droite) de Rousseau au Panthéon qui est juste en face de Voltaire. Je me rigole que les deux ennemis de leur vie sont voisins après leur mort. D’après moi, c’est difficile de dire si Rousseau a mené une vie heureuse ou non. Ses jours misérables sont souvent négligés par le public, particulièrement vers la fin de sa vie quand il a dut se réfugier partout. Une chose est sûr que Rousseau a consacré à la grandeur de la France, de la Suisse et de... [Lire la suite]

23 février 2010

Deux poèmes

Voici deux poèmes que j'écris du style très différent, l'un romantique et l'autre symboliste. En fait, le premier poème est inspiré par Lamartine. Je l'ai écris octobre dernier quand je me plongeais dans le Romantisme. J'ai écris le deuxième poème il y a plusieurs jours à l'inspiration de Verlaine et de Rimbaud. Après un orage Le ciel demeure dans l'enfer des ténèbres, À peine l'on aperçoit la lumière sombre; Se mêlent des airs vaporeux et l'ambiance détendue, La reine errante des ombres... [Lire la suite]
09 février 2010

Amour et vieillesse

J’ai lu amour et vieillesse par hasard lorsque je parcourrais un cite concernant la littérature(http://www.litteratureaudio.com/. C’est un site superbe où on peut écouter des livres audios gratuits). En fait, c’est un texte reconstitué à partir de fragments manuscrits de Chateaubriand, qui nous narre la méditation désabusée d’un vieillard sur l’amour. Ce texte manifeste bien le style de Chateaubriand, mélancolique, nostalgique et romantique. Quand je le lis, je ne m’empêche pas de ressentir une vague de tristesse et une légère brume... [Lire la suite]
08 février 2010

Je veux être Chateaubriand ou rien

« Je veux être Chateaubriand ou rien. »                                                                                                  -Victor Hugo C’est la première fois que j’ai entendu ce nom... [Lire la suite]
07 février 2010

Tristesse d’Olympio

Tristesse d’Olympio est autre poème que je trouve bon. En fait, L’originalité de Hugo, pour traiter le thème romantique des souvenirs d’amour confiés à la nature, réside en ceci que l’amour qu’il évoque n’est pas brisé. Hugo s’était en effet lié depuis 1832 avec une jeune actrice, Juliette Drouet, qui tenait un rôle secondaire dans son drame Lucrèce Borgia. Cette liason devait durer jusqu’à la mort de Juliette en 1883. Leur amour n’est donc nullement menacé lorsque Hugo compose ce poème Tristesse d’Olympio, entre le 20 et le 24... [Lire la suite]
31 janvier 2010

La légende des siècles

La légende des siècles est considéré comme l'un des monuments de la poésie française. L’idée première de Hugo était de composer une vaste épopée cosmique, dont les trois volets auraient été « l’Humanité, le Mal, l’Infini, en ce que l’on pourrait appeler trois chants, La Légende des Siècles, La Fin de Satan, Dieu ». Il avait fortement avancé ces deux dernières parties. Mais son éditeur lui conseilla de terminer et publier d’abord la première comme plus intéressante pour le public. Ainsi parut en 1859 La Légende des Siècles. Une vaste... [Lire la suite]

29 janvier 2010

Lise

Lise est un des poèmes de Hugo que j’aime le plus. Je pense qu’il évoque un amour adolescent pur. C’est facile de le perdre. « Jeunes amours, si vite épanouies ». C’est pourquoi qu’il plus précieux. Lise J’avais douze ans ; elle en avait bien seize. Elle était grande, et, moi, j’étais petit. Pour lui parler le soir plus à mon aise,Moi, j’attendais que sa mère sortît ;Puis je venais m’asseoir près de sa chaisePour lui parler le soir plus à mon aise.Que de printemps passés avec... [Lire la suite]
28 janvier 2010

Hugo écrit pour le peuple

Une des raisons pour lesquelles Hugo reste un des plus célèbres poètes en France et dans le monde tient à ce qu’il écrit pour le peuple. Hugo a réussi ce tour de force d’écrire en satisfaisant à la fois les lettrés et le peuple. Il a évité le plus souvent l’obscurité, la préciosité et les imbécillités divers qui poussent une langue à l’agonie. Il rejette par exemple autant qu’il peut les tournures latines qui conduisent à supprimer les articles en français. Écrire pour le plus grand nombre a son revers. Hugo choie les paradoxes : «... [Lire la suite]
27 janvier 2010

Le secret de la poésie hugolienne

Dans la première préface des Odes écrite à 20 ans, Hugo donne sa première définition de la poésie : « La poésie, c’est tout ce qu’il y a d’intime dans tout ». L’année suivante, en 1823, apparaît une fermeté de conviction peu commune : « Il faut toujours parler comme si l’on devait être entendu, écrire comme si l’on devait être lu, et de penser comme si l’on devait être médité. » L’année après, cette vue politique accordée à la poétique : « Ce n’est pas un besoin de nouveauté qui tourment les esprits, c’est un besoin de vérité ; et il... [Lire la suite]
25 janvier 2010

Victor Hugo : Témoin du siècle

Géant littéraire du 18e siècle, chef de file des romantiques et témoin majeur de son temps, Victor Hugo reste le poète et l’écrivain le plus populaire en France et peut-être dans le monde. Il est déjà depuis plusieurs décennies considéré comme l'un des monuments de la littérature française. Victor Hugo occupe une place importante dans l'histoire des lettres françaises et celle du dix-neuvième siècle par la diversité de ses créations littéraires. Il est à la fois poète lyrique avec des recueils comme Odes et Ballades, Les Feuilles... [Lire la suite]