04 mars 2010

Les salons romantiques

Une fois, un professeur nous a demandé dans quelle époque nous voudrions vivre si nous avions la machine du temps. J’ai répondu : 1789 et 1830 à Paris. J’ai l’envie d’assister en personne à la révolution française qui non seulement est l’un des événements les plus importants à travers l’histoire humaine, mais aussi a annoncé une nouvelle époque où s’imposait la devise de la France : La liberté, l’égalité et la fraternité. Mais ce qui me fascine plus c’est aux environs de 1830 à Paris où le romantisme a atteint son apogée. Presque... [Lire la suite]

12 janvier 2010

Souvenir

En 1833, Musset et George Sand ont séjourné à fontainebleau. En septembre,1840, Alfred et son frère a traversé la forêt qui entoure cette ville, qui a fait revivre le souvenir dissimulé au fond du cœur de Musset. En 1841, après avoir rencontré à l’improviste George Sand dans un théâtre, il a écrit ce poème dans une sorte d’ivresse. Souvenir J'espérais bien pleurer, mais je croyais souffrirEn osant te revoir, place à jamais sacrée,O la plus chère tombe et la plus ignoréeOù dorme un souvenir !Que redoutiez-vous donc de cette... [Lire la suite]
10 janvier 2010

Les quatre nuits de Musset

« Poète,prend ton luth et me donne un baiser. » Ce ver qui vient de La nuit de Mai est presque un symbole des quatre nuits, voire la poésie de Musset. Ces quatre nuits sont uniques, tant par la forme que par la tonalité et la qualité. Ces quatre poèmes sauf La nuit de Décembre, se composent par le dialogue entre le poète et sa Muse idéale. Musset s’y dédouble entre deux personnages : la Muse, qui représente le renouveau de l’inspiration et le poète, c’est-à-dire l’homme encore sous le coup de l’épreuve sentimentale récente. La nuit... [Lire la suite]
09 janvier 2010

Lucie

Lucie reste un des poèmes que j’aime le plus jusqu’à présent. Dans cette élégie, Musset nous livre, sous forme voilée, le souvenir de ses aventures spirituelles et passionnelles après la crise sentimentale. Le poète évoque un chaste amour de jeunesse. Malheureusement, elle a fini par la mort de la jeune fille. J’aime bien les premiers six vers, particulièrement la scène du saule auprès du cimetière et le feuillage tombé et éploré. Je ne signifie pas que j’aime la mort ou je suis pessimiste, mais ces scènes sont entourées des... [Lire la suite]
07 janvier 2010

L’enfant terrible du siècle

J’ai commencé à connaître Musset par ses « nuits » et son théâtre « on ne badine pas avec l’amour » Du temps que j’étais écolier, Je restais un soir à veiller. Dans notre salle solitaire. Devant ma table vint s’asseoir   -« La nuit de décembre » Tout comme Lamartine, les mots sont simples avec un sentiment mélancolique. Franchement, jusqu’à maintenant, je n’ai pas bien compris pourquoi Musset est appelé l’enfant terrible du siècle. J’ai consulté plusieurs livres sur la poésie, mais... [Lire la suite]