Le mardi dernier, Je suis allé à L’Université de Jianghan pour assister à une conférence : « Rencontre avec l’auteur français Madame Dominique Sylvain et l’auteur chinois Monsieur Peng Zuyi » sur le thème le roman policier, qui est organisée par Consulat général de France à Wuhan. Plusieurs grandes figures y ont été  invitées. A part Madame Dominique Sylvain et Monsieur Peng Zouyi, Madame Pascale Vacher, attachée culturelle du Consulat général de France à Wuhan y était présente.

    J’y suis arrivé à presque deux heures, et la salle était déjà remplie des étudiants. Après une cherche exhaustive J’ai enfin trouvé une place. Quand J’ai pensé que Madame Sylvain irait paraître d’une heure à l’autre, un professeur nous a prononcé une mauvaise nouvelle : Son équipe s’est égarée. Ce n’est pas étonnant car Wuhan est si grand et il semble identique partout. Son équipe est enfin arrivée vingt minutes plus tard. Madame Dominique Sylvain était accompagné par un interprète et Madame Pascale Vacher qui a un joli nom chinois 刘佩华, et un monsieur qui portait des lunettes noirs. Bizarre ! C’était ma première impression. « Qui est ce homme grand ? », Je me suis demandé. Il semblait un espion ou un chef de gang. Puis après l'introduction par le professeur, Je me suis réalisé que « des lunettes de soleil » était Monsieur Peng Zouyi. Ah ! C’était vraiment un romancier policier. Il se comportait comme il écrivait. La conférence a commencé tout de suite. Les étudiants demanderaient des questions et elle répondrait. D’abord, une question sur les différents genres du roman policier. Elle en a cité quatre : polar historique, thriller avec suspense, roman noir, enquête sur le crime. Elle travaille maintenant dans le genre dernier. Je pense qu’elle est féministe car elle a dit qu’elle avait composé une série de romans basés sur deux femmes comme personnages principaux. « Duo », c’est le mot utilisé par elle. Ensuite, Elle a raconté plusieurs scénarios de ses romans et sa vie au Japon, le déclencheur de sa carrière. Elle y vit encore actuellement. Il y a eu pas mal de questions des étudiants et je ne les ai pas tous notés.

 

     Enfin, des « lunette de soleil » nous a appelé à nous consacrer à la traduction et l'adaptation des romans policiers français en chinois ou vice versa. J’ai senti son anxiété à travers sa voix chaleureuse et rapide. A vrai dire, c’est bien dommage que les ouvrages géniaux de Monsieur Peng ou Madame Sylvain ou des autres écrivains n’aient pas été traduits à une langue étrangère. Il manque des talents dans la filière de traduction des romans policiers dont le marché a grandi d’une façon incroyable ces derniers temps. Les Chinois, les Français et le monde aiment de plus en plus ce genre littéraire. C’est le même cas pour d’autres genres littéraires. La lecture des ouvrages littéraires est l’une des parties les plus importantes parmi toutes espèces des échanges culturels entre la Chine et la francophonie et le monde. La diversité des cultures, c’est la beauté de ce monde. Absorber les qualités des autres cultures aide à développer et la notre et à approfondir le lien entre ces deux. J’espère que de plus en plus de gens se consacreront à la traduction des ouvrages français en chinois ou vice versa. Ainsi les échanges culturels fleuriront-ils davantage entre la Chine et la francophonie.

Voici plusieus photos prises à la conférence.

Dominique_Silvain Mme Sylvain

___ M. Peng